Mgr Léonard vu par des doyens du diocèse de Namur

Publié le par Vini Ganimara


Je parlais hier des attaques politico-médiatiques contre Mgr Léonard, mais il va de soi que les attaques viennent aussi de l'intérieur de l'Église.
C'est ainsi que, par l'intermédiaire d'un lecteur attentif, j'avais reçu peu de temps avant l'annonce de la nomination du nouveau Primat de Belgique un article d'Actu24 (le site qui a le premier parlé de notre enquête sur les successeurs possibles du cardinal Danneels, voir l'article de Guillaume de Thieulloy du 26 novembre). Cet article interrogeait deux doyens de l'est du diocèse de Namur (les abbés Jean-Marie Jadot, doyen d'Arlon, et Jean-Maurice Jacques, doyen de Bastogne) sur leurs “pronostics” pour la succession. Les propos étaient édifiants: « Je pense qu'on assiste à [une pression] romaine, qui est très rigide, un peu conservatrice et qui donnerait toutes ses chances à Mgr Léonard. » « Qui voyez-vous comme primat ? – Quelqu'un dans la continuité du cardinal Danneels. Pour moi, même si c'est un Flamand, je vois bien Mgr Jozef De Kesel, l'évêque auxiliaire de Bruxelles. C'est un homme “d'ouverture” de 61 ans. – Si Mgr Léonard devient cardinal, le siège d'évêque de Namur reviendrait à qui, selon vous ? – Je ne vois personne émerger. Notre diocèse est pour l'instant un peu court dans les débats d'idées. » « Je crois qu'il y a une tension entre le fait de nommer un cardinal pastoral (dans la lignée du cardinal Danneels) ou un cardinal politique (qui est dans la ligne de Rome et qui voudrait “remettre de l'ordre” en Belgique). »
Et cette dernrière question, que je trouve particulièrement savoureuse : « Aucun reproche à lui faire [au cardinal Danneels] ? – Si. Il a sans doute manqué de fermeté à certains moments. mais c'est sans doute lié au fait qu'il n'a jamais voulu choquer personne.– Comme quoi par exemple ? – Les baptêmes : Il est de ceux qui pensent qu'on doit baptiser à l'âge adulte. Que la démarche doit venir du futur baptisé. D'accord. Mais dans le même temps, il continue à autoriser les baptêmes de bébés. Je pense qu'il aurait dû être ferme et trancher : soit l'un, soit l'autre. »
Je croyais naïvement que le baptême était ce sacrement qui lave du péché originel et qu'il n'y a pas d'âge pour cela !
En tout cas, bon courage Monseigneur, vous en aurez besoin !
Source : Actu24.


Publié dans Episcopats locaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article