La crise de l'autorité dans l'Eglise contemporains

Publié le par Vini Ganimara


Dans l'article de Daniel Hamiche que je citais hier, je relève également un autre point important – et troublant – dans l'entretien du cardinal O'Malley, archevêque de Boston, avec le journaliste John Allen:

 

  • Q. J’ai suggéré l’idée qu’une partie de la raison pour laquelle le Vatican n’a pas tout dit sur l’action de Benoît XVI concernant la crise, était destinée à le défendre, qu’on doit identifier l’opposition qu’il a affrontée, laquelle comprend de très hauts responsables comme Sodano, et que tout cela pourrait finir par ternir le [pontificat] deJean-Paul [II]. Partagez-vous cette préoccupation ?
  • R. Je pense qu’il est injuste de faire rejaillir cela sur Jean-Paul II. Cette crise est vraiment arrivée son sommet à la fin de son pontificat, alors qu’il était en très mauvais état. S’il avait été plus jeune, par exemple, il serait venu à Boston. Ce ne sont pas les problèmes qui l’effrayaient. Je pense qu’il a été abrité de beaucoup de ces choses par des gens qui essayaient de le protéger.

 

La crise dont il s'agit est évidemment la crise liée aux crimes pédérastiques, qui a éclaté d'abord en Amérique du Nord, et tout spécialement à Boston, où siège actuellement le cardinal O'Malley.

Mais je ne peux m'empêcher de trouver bizarre, et même à certains égards inquiétante, cette idée que Jean-Paul II à la fin de son pontificat n'était plus responsable, parce qu'il était "en très mauvais état". Est-ce à dire que les décisions prises en son nom l'ont été illégitimement? Quid des nominations? Quid des textes magistériels?

En voulant à tout prix éviter d'entacher la réputation de Jean-Paul II (qui, de toute évidence, était fort loin d'imaginer l'ampleur du cloaque), ne risque-t-on pas de faire plus de mal que de bien en jetant la suspicion sur tous les actes posés au cours des dernières années du pontificat?

A vrai dire, ce qui m'inquiète dans ce qu'évoque le cardinal, c'est aussi que l'on peut entendre à demi-mots cette accusation terrible: les plus hauts prélats n'obéissent pas au Pape. Il est certain en tout cas que la crise de l'Eglise est largement une crise de l'autorité.

 


 





Publié dans Episcopats locaux

Commenter cet article