De nouvelles normes contre les abus sexuels du clergé : Benoît XVI veut imposer la « tolérance zéro »

Publié le par Vini Ganimara

 

Ce ne sont plus des rumeurs. La Congrégation pour la doctrine de la foi s’apprête à publier de nouvelles normes et protocoles relatifs à la manière de traiter les cas d’abus sexuels sur des mineurs par des membres du clergé.
C’est l’archevêque Luis Ladaria Ferrer, le secrétaire de la Congrégation, qui a rédigé (ou rédige actuellement) ces nouvelles dispositions dont La Stampa et Rome Reports annoncent la parution au plus tard à l’automne – mais elles pourraient être promulguées plus tôt si la campagne médiatique actuelle se poursuivait avec la même intensité que nous lui connaissons.
Il semblerait que ces normes soient calquées sur le modèle de celles promulguées par la Conférence épiscopale des États-Unis en 2002, pour ce qui est de leur rigueur, selon le principe : « zéro tolérance ».
Ces normes seront d’obligation pour toutes les conférences épiscopales et tous les évêques du monde entier : sauf à les appliquer dans toute leur rigueur, un évêque pourrait même être dans l’obligation de présenter sa démission au pape…
Elles prévoiraient la suspension immédiate et automatique de tout ministère pour un prêtre soupçonné d’un abus sexuel (sur dénonciation de la victime ou d’un tiers), l’obligation d’un signalement à l’autorité civile et la transmission à cette dernière de tout élément d’implication du prêtre, la réduction à l’état laïc de tout prêtre reconnu coupable de tels abus lors d’une enquête ou d’un procès ecclésiastiques – réduction dont la procédure romaine devrait être accélérée –, et abolition des délais de prescription prévus au Code de droit canonique s’il s’agit de crimes d’abus sexuels sur des mineurs.
Ces nouvelles normes devraient aussi réaffirmer l’impérieuse nécessité d’une plus grande rigueur dans l’analyse psychologique approfondie des candidats au sacerdoce.
Objectivement, les normes “américaines” ont eu pour effet de diminuer drastiquement le nombre de ces d’abus sexuels par des membres du clergé des États-Unis. L’an passé, comme je l’ai déjà signalé ici, sur 62 000 abuseurs sexuels sur des mineurs enregistrés aux États-Unis, on ne comptait que 6 prêtres.

 

 


Publié dans Actes du Pape

Commenter cet article