De l'opium du peuple à la vitamine des pauvres...

Publié le par Vini Ganimara


Le 10 novembre, devant l'assemblée générale de l'ONU, Mgr Celestino Migliore, observateur permanent du saint-siège aux Nations unies, a déclaré:

"Il y a un siècle et demi, au début de la révolution industrielle, la religion était décrite comme "l'opium des peuples" ; aujourd'hui, dans le contexte de la mondialisation, elle est de plus en plus considérée comme la "vitamine des pauvres"."

Une formule percutante, à diffuser sans modération!


Commenter cet article